Nouvelles

Prix cinéma de Communications et Société : des films bouleversants et lumineux!

Publié le : 2017-02-15 a 12h12 | Catégorie : Prix cinéma, Actualités

Crédit photo: Pixabay

Parmi les longs métrages (québécois ou canadiens) projetés en salle au cours de l’année 2016 et s’étant démarqués par leur capacité à mettre en valeur une vision du monde empreinte d’humanisme et de spiritualité, les films suivants ont été retenus :

Avant les rues, de Chloé Leriche

Pays, de Chloé Robichaud 

Montréal la blanche, de Bachir Bensaddek

Callshop Istanbul, de Hind Benchekroun et Sami Mermer

Œil pour œil (An Eye for an Eye), de Ilan Ziv

Le théâtre de la vie (Theater of Life), de Peter Svatek

 

Des films bouleversants et lumineux, marqués par l’espérance et la transcendance

 

Le premier film en lice (Avant les rues) met en scène une histoire de crime, certes, mais surtout une histoire de pardon, de guérison, d’expiation et de rédemption. Tourné en langue attikamekw, ce long-métrage nous ouvre aux (dures) réalités amérindiennes, mais sans jamais évacuer l’espérance, ni d’ailleurs la transcendance : Avant les rues est d’abord et avant tout centré sur une démarche de rédemption.

 

Deux des films finalistes sont en résonance avec l’encyclique Laudato Si’ du pape François. Ces longs métrages nous forcent à réfléchir à notre attitude prédatrice face aux richesses naturelles (Pays), de même qu’à notre rapport souvent tordu avec la culture du déchet qui a cours dans nos sociétés de consommation (Le théâtre de la vie). Or, là encore, l’espérance et la transcendance ne sont pas absentes : la charité, la bienveillance et le souci pour le bien commun sont au cœur des préoccupations des protagonistes de ces long-métrages.

 

Deux autres films sont pour leur part teintés par la crise migratoire des dernières années (Callshop Istanbul) et nous forcent à réfléchir à nos propres attitudes à l’égard de l’Autre ; à la façon dont nous ouvrons nos portes — et nos cœurs — aux étrangers moyen-orientaux, Arabes et musulmans dans bien des cas (Montréal, la blanche). Plus encore au lendemain du sinistre attentat qui vient de frapper la Grande mosquée de Québec...

 

Enfin, un dernier film aborde de plain-pied l’enjeu de la sacralité de la vie humaine, de même que la nécessité de mettre un terme à la spirale de la haine et de la vengeance. Vibrant plaidoyer contre la peine de mort, Œil pour œil pose lui aussi la question du pardon et de la rédemption. Mais aussi de la valeur sacrale de la vie de tous les êtres humains : celle de nos amis tout comme celle de nos «ennemis»; celle des victimes tout comme celle des assassins.